TBI/TNI et la stratégie des 3-O en MST

Pierre Lachance et Nathalie Frigon, personnes-ressources du RÉCIT, ont trouvé dans le concept des 3-0 (TablO-BurO-CervO) une approche fort intéressante à utiliser dans la formation des enseignants. Qu’est-ce que cette stratégie? En quoi celle-ci peut-elle être un levier pour « parler » de mathématique et d’intégration des TIC dans l’apprentissage ? » De quelle façon, les besoins actuels sur le TNI dans le domaine de la mathématique, de la science et de la technologie (MST)  peuvent-ils bénéficier de cette stratégie ? Enfin, comment un tel concept répond-il aux besoins de l’école d’aujourd’hui, mais aussi de celle de demain ? Cet article vous propose un regard sur la question.

Par Louise Sarrasin

Pour répondre aux besoins d’apprentissage des élèves dans l’école d’aujourd’hui, plusieurs formateurs cherchent des stratégies prometteuses qui vont permettre aux enseignants de jeter un regard réflexif sur leur enseignement. Pierre Lachance, du RÉCIT du Service national du RÉCIT MST, a trouvé dans le concept des 3-0 une stratégie intéressante à utiliser dans le domaine de la mathématique, de la science et de la technologie.

Lors du colloque de l’AQUOPS 2012, il s’est associé à Nathalie Frigon du Service local du RÉCIT à la CS Marguerite-Bourgeoys pour présenter ce concept aux formateurs et aux enseignants en atelier. Au prochain rendez-virtuel du RÉCIT, tous deux offriront à nouveau l’atelier TBI/TNI et la stratégie des 3-0 en MST aux participants. Pierre Lachance, en fera également une courte présentation lors de la table ronde du Rendez-vous virtuel 2012, en tant que l’un des quatre panellistes invités. Ainsi, plusieurs participants seront sensibilisés à leur tour aux possibilités intéressantes que la stratégie des 3-0 peut représenter, non seulement dans le domaine MST, mais dans d’autres domaines d’apprentissage. Tout ceci au bénéfice ultime de l’élève qui, aujourd’hui et encore plus demain, apprend différemment que celui d’hier.

Le concept des 3-0

En tout premier lieu, pourquoi avoir choisi le concept des 3-0 (TablO-BurO-CervO)? Avant tout, parce ce sont trois lieux/espaces connus et exploités des enseignants depuis toujours. Afin d’optimiser le TNI et les technologies qui prennent place dans l’école d’aujourd’hui, le RÉCIT a donc choisi de mettre l’emphase sur ces trois lieux connus de la classe, à savoir :

Le tableau ou le devant de la classe

Le bureau, c’est-à-dire l’environnement de travail de l’élève où il a ses outils, tels qu’une calculatrice, et dans le meilleur des cas, un ordinateur.

Le cerveau, là où les apprentissages se font.

Ce qui est différent aujourd’hui, c’est la façon dont l’enseignante ou l’enseignant peut inviter l’élève à occuper ces lieux pour mieux répondre à ses besoins d’apprentissage.

C’est aussi une manière différente de concevoir le travail. Dans l’école d’aujourd’hui, le travail prend davantage le sens de production, de créations de contenus, et non seulement de transcription de connaissances ou de travail d’exercices.

Enfin, l’enseignant d’aujourd’hui profite des avancées scientifiques sur le fonctionnement du cerveau pour mieux différencier son enseignement et aider l’élève à jeter un regard métacognitif sur ses apprentissages.

De l’école d’hier à celle d’aujourd’hui

Ainsi, dans l’école d’hier, le tableau noir occupait une grande place dans l’enseignement.  C’est l’endroit où l’enseignant expliquait une notion. On attendait des élèves qu’ils la comprennent et l’appliquent. L’élève était appelé à réaliser des exercices sur cette notion à son bureau. La mémorisation était vue comme essentielle à l’apprentissage et les enseignants s’employaient à ce qu’elles s’ancrent dans le cerveau de l’élève. L’interaction entre les élèves et l’enseignant était peu mise en valeur, l’enseignant étant vu comme le détenteur de savoir. Le tableau était souvent le premier lieu exploité par l’enseignant.

Aujourd’hui, le tableau noir cède progressivement la place au tableau numérique interactif (TNI). Ce lieu permet davantage une manipulation d’objets numériques par l’élève, rendant plus concrète la notion à comprendre. Côté bureau, l’élève réalise bien sûr comme autrefois des activités à son pupitre, mais il bénéfice maintenant d’outils plus performants, tels une calculatrice ou mieux encore d’un ordinateur (s’il est chanceux) pour réaliser ses apprentissages. Il peut aussi interagir avec ses pairs autour de grandes tables lorsqu’il travaille en ateliers, par exemple. Il est appelé à réaliser ses connaissances de manière plus active que par le passé. On peut faire appel à lui en tant qu’expert dans une activité d’apprentissage. Par exemple, il peut soutenir ses camarades et son enseignant dans l’utilisation d’une technologie qu’il maîtrise mieux que d’autres. L’élève est aussi un collaborateur. La collaboration entre les pairs est devenue un atout pour favoriser l’apprentissage de chacune et de chacun. Le rôle de l’enseignante et de l’enseignant s’est transformé : de détenteur exclusif du savoir, il est devenu un guide et un médiateur d’apprentissages. 

Intégrer les TIC dans le paradigme d’apprentissage

Pour le RÉCIT MST, l’intégration des TIC en classe se fait dans le paradigme de l’apprentissage. C’est pourquoi sur son site, il propose le tableau Paradigme de l’apprentissage versus paradigme de l’enseignement qui illustre de façon très claire les caractéristiques d’environnements pédagogiques axés sur la construction de connaissance par rapport à celles d’environnements pédagogiques axés sur l’enseignement. (Figure traduite et adaptée de Dwyer en 1994). Lien vers le tableau : http://recitmst.qc.ca/Apprentissage-vs-enseignement

Dans l’école d’aujourd’hui, les technologies ont une place de choix à occuper et bien utilisées, elles viennent servir l’apprentissage. À ce titre, « la stratégie des 3-O est un outil pédagogique d’intégration des technologies numériques interactives (TNI ou TBI) en classe, tant pour les enseignants que pour les formateurs/accompagnateurs à ces technologies» explique le RÉCIT MST sur son site.

L’école se transformant sans cesse, la stratégie des 3-0 est un outil de plus qui permet à l’enseignante ou à l’enseignant de revisiter ses façons de faire afin de s’assurer que le travail de l’élève ne se fasse pas qu’au tableau. À l’heure où les enseignants ont à se former sur le TNI et à l’utiliser en classe, ils peuvent bénéficier grandement de cette approche.

Au cœur des 3 lieux/espaces : l’intention pédagogique

L’intention pédagogique de la situation d’apprentissage est le cœur des trois lieux/espaces. Elle permet de s’assurer qu’un travail s’exécutera dans les 3-O et pas seulement au tableau par exemple (ce qui diminuerait l’efficience de l’activité pédagogique).

L’intention pédagogique et les compétences à développer sont très importantes à identifier, car c’est ce qui permet à l’enseignant de choisir l’outil approprié dans son coffre d’outils pédagogiques selon l’objectif qu’il poursuit et à savoir quand l’utiliser. Par exemple, « les TIC sont souvent utilisées pour produire, mais le sont-elles toujours autant pour apprendre ? » questionne Pierre Lachance. 

Le domaine de la mathématique, de la science et de la technologie, a la chance de bénéficier d’objets numériques variés : images, vidéos, équations, dessins, schémas, tableaux et graphiques, applets, autant d’exemples d’objets exploitables en MST. La manipulation d’objets numériques par les élèves peut favoriser l’apprentissage des élèves.  Elle permet de dynamiser l’enseignement.

Selon le but pédagogique poursuivi, l’élève peut ainsi construire ou créer des objets qui l’aideront à mieux comprendre ou expliquer un concept. La manipulation d’objets numériques à l’espace tableau offre aujourd’hui des possibilités intéressantes pour l’élève. Des possibilités telles que :

- présenter, organiser ou partager un contenu ;

- modéliser une technique ;

- garder des traces de groupes.

La stratégie des 3-0 en tableau : 3 lieux, 3 phases

Ayant maintenant ces 3 lieux de manipulation d’objets numériques que constitue le TablO-BurO-CervO, le RÉCIT MST suggère les 3 phases de l’apprentissage comme moment où les manipuler :

- Préparation

- Réalisation

- Intégration.

Par exemple, le travail sera différent selon que l’élève prépare la tâche ou tente d’objectiver ses apprentissages dans la phase d’intégration.

Le RÉCIT MST a réalisé un tableau pour présenter ces 3 lieux et ces 3 phases. Le voici : http://recitmst.qc.ca/IMG/png/tableau_3O_motscles_v10.png

Ce tableau se veut un outil d’analyse permettant à l’enseignant de varier les activités vécues en classe ainsi que de cibler ses besoins en formation sur certains objets numériques. En utilisant celui-ci, un enseignant pourrait par exemple constater que le lieu tableau est très souvent exploité et que les processus cognitifs sollicités par l’élève ne dépassent pas souvent l’application. Le tableau offre des pistes pour réguler le tout.

Le concept des 3-0 permet aussi de définir le tableau numérique et sa place dans la classe. Il explicite des lieux où peut se réaliser un travail pédagogique. Il permet de se rappeler que la technologie utilisée, que ce soit le TNI ou une autre technologie, n’est pas le but en soi, mais que c’est la pédagogie qui est au premier plan. La tâche n’étant pas une fin en soi, on veut aussi qu’il y ait transfert de connaissances.

D’hier à aujourd’hui : des possibilités pédagogiques accrues

Aujourd’hui plus qu’hier, l’enseignant peut profiter des avancées des sciences de l’éducation qui offrent des possibilités pédagogiques accrues. Le RÉCIT MST tire profit de ces avancées pour proposer à l’enseignante ou à l’enseignant dans les formations qu’il offre de :

• Varier et différencier sa séquence d’enseignement. Plutôt que de partir de la séquence « on enseigne, on applique (= TablO, CervO, BurO », il pourrait proposer à ses élèves de « chercher, analyser, évaluer » grâce à des objets numériques pour ensuite demander à ses élèves de ramasser leurs découvertes et hypothèses pour en faire ressortir une synthèse de groupe (= BurO, CervO, TablO).

• Améliorer l’interactivité en favorisant le questionnement de multiples façons ;

• Diversifier les objets numériques que ses élèves auront à manipuler et le type de manipulation ;

• Garder des traces des travaux de ses élèves, traces facilitées par exemple par les technologies qui agissent alors à titre de catalyseurs lors du processus métacognitif. (Par exemple, historique d’un texte écrit à plusieurs sur le ePad RECIT. Org ou sondage qui laisse des traces d’un questionnement des élèves) ;

• S’appuyer sur la taxonomie révisée de Bloom http://recit.org/bloom/Accueil ainsi que sur la métacognition http://recit.org/metatic/ pour expliciter le « travail exécuté au cerveau ;

• Cibler les trois processus cognitifs suivants : analyser, évaluer, créer afin d’augmenter la qualité pédagogique du travail réalisé par l’élève : http://recitmst.qc.ca/TBI-et-la-strategie-des-3-O#nb7

http://recitmst.qc.ca/videos_3o/?v=explications_3o

• Alimenter sa réflexion en prenant connaissance de dix stratégies gagnantes dans l’utilisation de sa pédagogie : http://recitmst.qc.ca/10-actions-gagnantes-pour-l

La stratégie des 3-0  sur le site du RÉCIT MST

Le RÉCIT MST a déposé de nombreuses ressources pour mieux comprendre ce qu’est la stratégie des 3-0. On y trouve, entre autres, une excellente vidéo qui explique cette stratégie en 5 minutes. Voici le lien pour la visionner :

http://recitmst.qc.ca/TBI-et-la-strategie-des-3-O

À voir aussi sur cette page:

- Une liste d’objets numériques en MST permettant de varier la manipulation d’objets numériques ; sous forme de tableau,

- Des synthèses qui peuvent aider à expliquer le concept des 3-0, l’une présentée sous forme de schéma, l’autre en tableau;

- Des liens vers la documentation pour approfondir le concept des 3-0 et des objets numériques ;

- Une présentation qui a pour but d’expliciter les lieux que sont les 3-O, pouvant servir à amorcer une discussion sur l’intégration pédagogique du tableau numérique en classe ou sur l’intérêt des objets numériques pour le domaine MST.

- En formation/accompagnement : un schéma d’aide pour la planification de ces formations et un exemple de protocole d’accompagnement dans une CS.

Et ce n’est pas fini !

Le RÉCIT MST a trouvé un outil très intéressant qui donne l’occasion aux enseignants de jeter un regard réflexif sur leur pratique. Ceux-ci ont tout à gagner de s’approprier le concept des 3-0 pour dynamiser leur enseignement, valider leurs choix pédagogiques, rendre leurs élèves actifs dans leurs apprentissages. Si dans les programmes éducatifs d’hier, l’école donnait une place prépondérante à l’enseignant, le PFEQ, place l’élève au centre de ses apprentissages. Il ne s’agit plus seulement de faire consommer de l’information à l’élève, de déverser des connaissances dans son cerveau, mais de lui faire accomplir des tâches de haut niveau. L’école d’aujourd’hui s’appuie sur la différenciation, sur la variété des expériences et projets pédagogiques. Pour ses apprenants, elle se doit, par exemple, de miser sur la collaboration, la concertation, la coconstruction, car ce sont les qualités requises pour répondre aux besoins de la société actuelle.  Dans une société du savoir qui se complexifie sans cesse, les mises en commun des connaissances et des expériences deviennent une nécessité pour tous.  Les TIC peuvent contribuer à cette mise en commun. L’école 2.0 est en train de se mettre en place. Les enseignants ont un rôle important à jouer dans la mise en œuvre d’une école dynamique où les élèves pourront profiter d’un environnement numérique pour mieux apprendre. Ceux-ci utilisent déjà les technologies dans leur quotidien. Il faut maintenant leur permettre de les intégrer à leurs apprentissages. La stratégie des 3-0 est prometteuse. Et ce n’est pas fini, le RÉCIT MST continue d’en explorer les possibilités !